Texte à méditer :  


On peut répandre la lumière de deux façons : être la bougie, ou le miroir qui la reflète

  
Edith Wharton
Recherche




Les rubriques

Fermer Lecture A-C

Fermer Lecture D-G

Fermer Lecture H-K

Fermer Lecture L-P

Fermer Lecture Q-T

Fermer Lecture U-Z

Fermer Lecture _en attente

Fermer Musique - Artistes à découvrir

Fermer Musique - Concerts

Lecture A-C - Clarke Stephen - God save la France - Humour - 2009

AUTEUR : CLARKE Stephen
TITRE : God save la France
CATEGORIE : Humour
SORTIE : 2009


PRÉSENTATION DE L'ÉDITEUR :
Nom : Paul West. Age : 27 ans. Langue française : niveau très moyen. Fonction : jeune cadre dynamique promis à un grand avenir. Occupation : déjouer les pièges potentiellement désastreux du quotidien français. Hobbie : lingerie féminine. Signe particulier : Paul West serait le fruit d'un croisement génétique entre Hugh Grant et David Beckham. Jeune Britannique fraîchement débarqué à Paris, créateur, en Angleterre, de la fameuse enseigne Voulez-Vous Café Avec Moi, Paul a bien du mal à s'adapter au pays des suppositoires, des grèves improvisées et des déjections canines. Et il n'est pas au bout de ses surprises...

RÉSUMÉ DU LIVRE :
'God save la France', c'est le quotidien d'un jeune cadre dynamique anglais exilé à Paris, et ses multiples tentatives pour déjouer les pièges de la vie au pays des 'froggies'. Le héros, Paul West, croisement génétique entre Hugh Grant et David Beckham - du moins le pense-t-il - rêve qu'un jour un garçon de café le serve quand il le hêle, ou encore de ne plus faire la queue à la boulangerie. Imprimées à 200 exemplaires et mises en vente sur le site internet de l'auteur, les tribulations d'un Anglais en France ont conquis plus d'un million de Britanniques.

LES CITATIONS :
Si vous pensez toujours que la 'ville-lumière' est aux yeux du monde entier la capitale de la culture, de l'amour et de la gastronomie, vous allez vite déchanter... et bien rire. Car la réalité semble être tout autre pour nos amis d'outre-manche. Après au pays des étrons (le titre original du livre est 'A year in the merde' et il est à prendre au sens propre et au sens figuré) et des grèves intempestives, Stephen Clarke a jugé bon de fournir à ses compatriotes le mode d'emploi qui leur faisait défaut. Et Paris, sous la plume d'un Anglais, c'est plutôt "struggle for life"... Le livre est un best-seller au Royaume-Uni. Si ces tribulations d'un héros 'so british' ont fait pleurer de rire beaucoup d'Anglais, elles ont aussi de quoi plaire aux Français : style vif et léger, gags à n'en plus finir... La critique est impitoyable, d'autant que souvent justifiée. Du coup, on rit jaune et ce n'en est que plus réussi encore. Comment ne pas se reconnaître dans ce Français qui essaye péniblement d'aligner trois mots, martyrisant sans vergogne la langue de Shakespeare ? L'auteur n'a pas son pareil pour retranscrire accent pitoyable, syntaxe surréaliste et gallicismes hilarants. Le problème, c'est que le rythme est dur à tenir et Stephen Clarke s'essouffle vite. Or les clichés ne sont jamais très loin lorsqu'on traite d'un tel sujet et il faut beaucoup de finesse pour éviter de tomber dans le piège. L'auteur n'y parvient pas toujours et finit par céder à la facilité, si bien qu'on ne perd pas grand chose à s'arrêter avant la fin... Et quand il tente de faire rire avec une énième grève, des journalistes cette fois et dont le motif serait le manque d'intérêt de la campagne électorale, on sent qu'on frise l'overdose. A consommer donc... mais avec modération. [Marie Derrien - Evene]
Assez déçue... Je m'attendais à quelque chose d'hilarant à la hauteur de la première phrase du livre (l'année ne commence pas le premier janvier en France, mais le premier jeudi de septembre...), et je me suis retrouvée à lire le récit d'un Britannique obsédé par deux choses : les étrons qui encrassent nos trottoirs parisiens et le sexe. Et c'est tout... Pas assez pour rester dans les annales. Bonne lecture de plage ou d'aéroport... [Internaute - Evene]
Quelle excellente idée de rire des travers français à travers les yeux d'un Anglais ! Le problème est que cette idée est gâchée par l'auteur. Malgré quelques trouvailles et bons mots, l'ensemble est plombé par une historiette à mourir d'ennui et un niveau d'humour qui reste entre le scatologique, le sexe et les stéréotypes ultra-rebattus. Les finesses de l'humour anglais ne seraient-elles plus qu'un cliché pour les Français ? [Internaute - Amazon]
Ce livre m'a fait beaucoup rire et ce n'est pas une critique. Tout les préjugés présents dans ce livre ne sont pas forcément le reflet d'une réalité française mais la plupart le sont et c'est ça qui est drôle : le regard d'un étranger sur notre quotidien ! A lire pour se détendre et décompresser entre deux livres bien compliqués , en été sur la plage c'est genial ! [Internaute - Amazon]
J’ai eu envie de lire cet ouvrage suite à mon séjour à Londres. En effet, je n’ai pas pu m’empêcher de tout comparer avec la France. Alors que j’avais quelques aprioris sur l’Angleterre et surtout les Anglais (rien de méchant mais mine de rien, on stéréotype tout !), je suis revenue de tout ça maintenant. J’ai vu des choses plaisantes, d’autres moins mais comme partout ! Du coup, j’ai eu envie de voir ce que pensaient les Anglais de nous. Bon, bien évidemment, l’auteur est francophile donc ce n’est qu’un avis parmi d’autres mais cet ouvrage montre bien que les Anglais ne sont pas si méfiants des Français. Ils ont des préjugés comme nous mais savent en revenir (pas toujours le cas des Français d’ailleurs !).Pour en revenir à la lecture, on peut dire que ce roman est de la « Chick Litt » (Littérature pour poulettes) mais pour une fois, écrite par un homme ! On rie beaucoup à suivre les péripéties de Paul West et on en redemande ! La fin est par contre bâclée, trop abrupte (mais bon c’est vrai que c’est difficile de boucler un ouvrage qui ressemble à une sorte de journal intime mensuel). Je le conseille donc si vous voulez passer du bon temps. [Lecturesdumouton.canalblog.com]
Une véritable comédie à l'anglaise (...) [Sabine Audrerie - Le Figaro Magazine]
(...) Un hilarant best-seller [L'Indépendant]
Soyons francs, son roman alterne anecdotes croustillantes et charges grossières, observations fines et énormes ficelles. Pourtant, même ces dernières, qui se liront en creux, se révèlent fort édifiantes sur la perception du peuple gaulois par l'Anglais de souche. [Marianne Payot - L'express]
D'après les critiques mises en 4eme de couverture, je pensais lire quelque chose de tordant, "hilarant" et euh je ne dois pas avoir le même humour que ces critiques ... J'ai souri au début (le passage où le patron français explique à un anglais l'usage du vouvoiement et du tutoiement est assez truculent, bien que court ...), mais je me suis vite ennuyée durant ma lecture. Beaucoup de poncifs, les Français toujours en grève (ce n'est pas faux, certes ), des crottes de chiens partout, les filles françaises assez faciles, les gens qui grugent dans les files d'attente, etc. Enfin, ne généralisons pas, ce livre est surtout basé sur les Parisiens même si le passage avec les chasseurs est assez sympa (avec du recul) mais stéréotypé. En fait, tout le livre est stéréotypé ... (peut être mon côté chauvin se réveille-t'il ? Je dirais à lire pour se vider la tête (oui, celui-là aussi...), plaisant mais sans plus.[mes-lectures.over-blog.fr]

L'AVIS DE NINA : 7/10
Offert par Pocket pour l'achat de 2 livres des éditions Pocket, je n'ai tout d'abord pas sauté sur le livre mais l'ai laissé décanter gentiment quelques mois dans ma pile "à lire". Sa relative légèreté (318 pages) a fini par trouver sa place dans mon sac à main, au gré de mes courts voyages dans ce Paris, décrit ici avec truculence et humour.
Mon chauvinisme mis de côté (sinon j'aurai brûlé vif ce pamphlet discriminant!), je me suis prise à rire de bon coeur par certaines anecdotes qui font des français (surtout des parisiens) des êtres particulièrements insensés, sales et impolis. De gros clichés bien gras (grèves, crottes et médicaments très spéciaux, sans compter notre maniement désastreux de l'anglais sous toutes ses formes) nous font figurer parmi les créatures les moins abouties de l'espèce humaine. On doit pouvoir en servir autant pour chaque nationalité en fait... Il faut dire que le pauvre héros n'a pas vraiment hérité d'une situation optimale pour apprécier notre pays dans toute sa diversité. Une succession de situations rocambolesques et surprenantes, pour lesquelles il saura, en tout bon anglais flegmatique, retomber sur ses pieds (les dits pieds bien plantés dans la merde !).
Ce qui rend ce livre divertissant, c'est qu'on y reconnait, parmi les traits forcés de l'auteur, quelques vérités que chacun d'entre nous a pu expérimenter au moins une fois, ne serait-ce qu'en mettant les pieds dans notre chère capitale. Un roman court bien agréable à lire pour se détendre et oublier nos "vrais" tracas quotidiens.


Date de création : 27/12/2010 @ 14:22
Dernière modification : 27/12/2010 @ 14:22
Catégorie : Lecture A-C
Page lue 1236 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^