Texte à méditer :  Aimez le chocolat à fond, sans complexe ni fausse honte, car rappelez-vous : sans un grain de folie, il n'est point d'homme raisonnable.

  
François de La Rochefoucauld
Recherche




Les rubriques

Fermer Lecture A-C

Fermer Lecture D-G

Fermer Lecture H-K

Fermer Lecture L-P

Fermer Lecture Q-T

Fermer Lecture U-Z

Fermer Lecture _en attente

Fermer Musique - Artistes à découvrir

Fermer Musique - Concerts

Lecture D-G - Gavalda Anna - Je voudrais que quelqu'un m'attende... - Nouvelles - 2000

AUTEUR : GAVALDA Anna
TITRE : Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part    
CATEGORIE : Nouvelles
SORTIE : 2000



PRESENTATION DE L'EDITEUR :
Douze portraits de femmes et d’hommes habités futiles ou de désespoir grave. Ils ne sont pas héroïques, simplement humains. On les croise tous les jours sans leur prêter attention.


RÉSUMÉ DU LIVRE :
Les personnages de ces douze nouvelles sont pleins d'espoirs futiles, ou de désespoir grave. Ils ne cherchent pas à changer le monde. Quoi qu'il leur arrive, ils n'ont rien à prouver. Ils ne sont pas héroïques. Simplement humains. On les croise tous les jours sans leur prêter attention, sans se rendre compte de la charge d'émotion qu'ils transportent et que révèle tout à coup la plume si juste d'Anna Gavalda. En pointant sur eux ce projecteur, elle éclaire par ricochet nos propres existences.

LES CITATIONS :
Ce petit bouquin compte douze nouvelles plus surprenantes les unes que les autres, souvent dures, acides, tragiques à l'extrême, comme "Catgut" ou "Le fait du jour". L'auteur cerne admirablement certains milieux sociaux : "Cet homme et cette femme" ou "Junior" sont deux critiques acerbes de la petite bourgeoisie, à mourir de rire pour la dernière, dans laquelle la scène du sanglier est un morceau d'anthologie ! Je le recommande vivement, pour s'évader (tant que possible...) dans le métro ou le train. Dépressifs s'abstenir car l'ambiance générale est tout de même noire, voire très noire.(un internaute)
De petites nouvelles écrites dans un style limpide, léger et d'une grande finesse. Un regard direct et lucide sur la nature humaine, un beau moment de lecture rafraichissant ! (un internaute)
La perception des êtres, de leurs petits rituels et de leurs tergiversations intimes, doit sans doute moins au nombre des années qu'à la subtilité de l'observatrice.(Le magazine Lire)
C'est presque rien, et c'est du grand art. De son écriture gracile, craquante, la pince-sans-rire au coeur gros fait de l'éphémère indélébile et nous chamboule. Elle est vraiment terrible, Anna Gavalda. (Télérama)


L'AVIS DE NINA : 9/10
Voila quelques bonnes raisons d'acheter cet ouvrage : c'est un poche, ce sont des nouvelles, cela parle de la vraie vie. Ca se glisse dans le sac, on le picore dans les transports, en attendant un rendez-vous, au café... Facile à lire, histoires courtes mais percutantes, il est vrai qu'on aurait envie de connaitre la suite de chaque scenette, mais c'est là tout le mystère d'une nouvelle. A nous d'en composer la suite selon nos propres impressions. Anna Gavalda m'avait subjuguée avec "ensemble, c'est tout", une oeuvre extraordinaire et remarquée par la critique. Ici, il en est autrement ; pas de tsunami littéraire, juste un petit bouquin qu'on grignotte et qu'on partage avec des amis.
Rien que le titre est accrocheur. Bonne lecture !

Date de création : 06/09/2009 @ 19:35
Dernière modification : 06/09/2009 @ 19:35
Catégorie : Lecture D-G
Page lue 1339 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^