Texte à méditer :  Jésus fut crucifié. Heureusement ; eût-il été empalé, on aurait d'étranges crucifix dans les églises. Quant aux signes de croix...  J. d'Agostina
Recherche




Les rubriques

Fermer Lecture A-C

Fermer Lecture D-G

Fermer Lecture H-K

Fermer Lecture L-P

Fermer Lecture Q-T

Fermer Lecture U-Z

Fermer Lecture _en attente

Fermer Musique - Artistes à découvrir

Fermer Musique - Concerts

Lecture D-G - Forstchen William - Une seconde après - Sci-Fi - 2009

AUTEUR : FORSTCHEN William R.
TITRE : Une seconde après
CATEGORIE : Science-Fiction
SORTIE : 2009


NOTE DE L'ÉDITEUR :
Une explosion nucléaire à haute altitude au-dessus des Etats-Unis provoque la destruction de tous les systèmes électroniques et l'arrêt de tous les moyens de transmission et de transport. Le pays, paralysé, s'enfonce dans le chaos, la violence et la famine. Dans une ville de Caroline du Nord, un professeur et la police locale tentent d'éviter que violence et destruction ne parviennent jusqu'à eux.

RÉSUMÉ DU LIVRE :
Ce qu'il y a de terrifiant dans cette histoire, c'est qu'elle pourrait réellement arriver ! Black Mountain, Caroline du Nord. John Matherson, ancien colonel de l'armée américaine et professeur d'histoire au collège de Montreat, s'apprête à fêter l'anniversaire de sa plus jeune fille. Quand survient une panne de courant. Les appareils électriques s'éteignent, la musique s'arrête... Plus étrange, les téléphones portables ne fonctionnent plus; même les voitures sur l'autoroute toute proche stoppent brusquement. John Matherson pense tout d'abord aux effets d'une forte tempête solaire déclenchant un gigantesque court-circuit. Mais les jours passent et la population de Black Mountain doit se rendre à l'évidence : quelque chose de bien pire s'est produit. Ce roman raconte comment une explosion nucléaire à haute altitude au-dessus des Etats-Unis provoque la destruction des systèmes électriques et électroniques, l'arrêt de tous les moyens de transmission et de transport. Le pays, paralysé, s'enfonce dans le chaos, la violence et la famine. La petite communauté de Black Mountain parviendra-t-elle à survivre au black-out ? Saura-t-elle résister aux hordes de réfugiés affamés ?

LES CITATIONS :
Je suis très mitigé sur ce bouquin. J'ai beaucoup aimé l'histoire. C'est terriblement crédible, à en faire peur. On est vraiment dans le post-apocalyptique. Même si à l'origine l'attaque ne fait pas de morts. Dans la ville présentée, on s'organise pour survivre et garder un semblant d'ordre. Quitte à prendre certaines décisions strictes au début, limite atroces pour finir. D'ailleurs, tout le bouquin repose sur les questions que l'on vient à se poser dans une situation de ce type. Et c'est très intéressant, on vient à se demander ce que l'on ferait dans une situation identique, nous lecteurs. J'espérais ne pas trouver de héros. Je suis satisfait sur ce point, certaines personnes ont plus de charisme que d'autres, normal. Mais on n'a pas d'actes héroïques débiles.Si je ne jugeait que sur le sujet du bouquin, il est très bien, très réaliste. Mais tout n'est pas rose. On a aussi un semblant de romance pas du tout crédible à mon goût et tellement peu utilisé dans le livre qu'on se demande presque pourquoi l'auteur en parle du coup.Le personnage principal explique au début qu'il a perdu sa femme, qu'il arrive pas à s'en remettre alors que ça fait un bail tout ça. Sauf que 3 mois plus tard, il a déjà une simili-copine comme si de rien était... Alors, pourquoi pas hein, mais j'aurais bien aimé des explications. Le mec parle de sa femme en permanence, mais se laisse allègrement dragouiller par une autre qu'il ne voit qu'en coup de vent de temps en temps ? J'ai pas du tout trouvé ça crédible, mais bon, c'est peut-être moi... :| Enfin il y a un gros point noir à mon goût. La religion et le patriotisme sont très présents. Jusque là, ce n'est pas illogique, dans une catastrophe pareille et aux États-Unis en plus... Mais la ville de Black Mountain doit être républicaine à bloc. Certaines remarques (quelques mots généralement, mais c'est bien suffisant) m'ont dérangées. Sur les gays par exemple. Ou une phrase sur l'avortement : "Bien qu'étant catholique, l'idée de l'avortement m'a traversé l'esprit". Euh, c'est quoi le rapport là ? L'Amérique puritaine à bloc, ça me fait vomir... Donc, j'ai quand même lu un bon bouquin, loin d'être culte mais qui se lit bien. Je lui aurais mis 4 étoiles sans hésiter s'il n'était pas ponctué de détails moisis... [Internaute - Amazon]
[...]le post apocalyptique, what else? J'adoooooore ce genre. J'ai essayé un peu d'analyser le pourquoi et j'en reviens au même point : j'aime les rues dépeuplées en général et j'aime voir comment réagissent les humains face à la fin du monde mais en fiction seulement, je ne souhaite pas la fin de l'humanité biensur (je ne pourrais plus lire déjà et dire du mal des humains hein). Un thème bien abordé et dérangeant quand on y pense vraiment. Il y a même un petit topo sur les IEM à la fin. Entre le petit malaise et le distrayant. Je ne peux pas vous dévoiler la fin donc difficile de vous dire le fond de ma pensée. Et sinon, je me suis demandé un peu tout le long : et Charles Ingalls, à son époque, il aurait fait comment? [Internaute - pinkcanary.canalblog.com]
Bonne idée de scénario mais trop traité comme une série B. [Internaute - Babelio.com]

L'AVIS DE NINA : 9/10
Quelle excellente surprise ! J'ai été gâtée pour Noël ! Un auteur que je découvre, une histoire à vous glacer le sang, d'autant qu'elle pourrait très bien arriver dans la vraie vie ! J'apprécie tout particulièrement lorsque la découverte d'un auteur m'est offerte par l'intermédiaire d'une personne qui connait mes goûts pour la lecture. Aujourd'hui je suis comblée, tant et si bien qu'il ne m'aura fallu que trois soirées de semaine pour le dévorer.
Comment se retrouver au centre d'un chaos terrifiant quand on est tranquillement installé dans une bourgade de montagne, avec ses chiens et ses enfants ; dans un monde aseptisé, calibré, en paix dans une routine toute américaine ? En à peine une seconde, tout peut basculer dans un nouveau monde où l'instinct primal refait surface, où plus rien d'autre ne compte que la survie pure et simple. On n'imagine plus aujourd'hui vivre sans la fée électricité, et sa copine la fée électronique. J'en connais peu qui pourraient allumer un feu de bois ou tout bêtement se laver entièrement avec l'équivalent d'un verre d'eau. Quelle joie de redécouvrir la marche, le silence d'un monde sans auto, avion et autre moto bruyante (enfin presque sans), de revoir les étoiles dans un ciel dont les lumières artificielles polluent la clarté, de faire cuire ses aliments sans micro-ondes, de manger des aliments naturels (écureuils, opposums, chiens, hommes)... Oula, je m'emporte !!!!
A-t-on seulement idée de la sauvagerie dont nous serions capable pour pourvoir à notre besoin primaire de manger, de faire manger nos enfants et de trouver la force de sacrifier les plus faibles pour sauver ceux qui ont une chance d'y parvenir ? Un roman que je qualifie de Science-Fiction, peut-être pour me rassurer un peu, et me dire qu'on en viendra peut-être pas jusqu'à ces extrémités. Ecrit sans concession, dans un style qui offre une large part aux descriptions et à l'ambiance, l'ouvrage se lit très facilement. Les postface, notes et remerciements de fin d'ouvrage nous donnent un éclairage supplémentaire sur le contexte et les points techniques déclencheurs des effets de cette attaque nucléaire (IEM) d'un type très particulier.
Je recommande tout particulièrement la lecture de cet ouvrage, et je m'en vais de ce pas approfondir la bibliographie de cet auteur.

Date de création : 09/01/2010 @ 18:25
Dernière modification : 09/03/2010 @ 19:19
Catégorie : Lecture D-G
Page lue 1254 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Réaction n°1 

par Vik le 17/01/2010 @ 00:18

Commencé avant hier en fin d'après midi et fini ce matin à 00h03
Pourquoi parle-t-on toujours de destruction massive, de radiations après une explosion nucléaire ? Une IEM est beaucoup plus efficace et vous permet de récupérer un territoire exploitable si je peux m'exprimer ainsi. On ne nous dit pas tout !!! Jamais entendu parler à la sacro sainte TV (électrique) de ce genre d'attaque. Mais si cela arrivait ? La réalité serait elle exactement celle que nous a décrite William Forstchen dans son livre ? Il n'y a rien d'exagéré mais j'ai bien peur que ce qui passerait serait encore pire. J'espère qu'il n'y aura jamais de type assez fou pour appuyer sur le bouton.
Pour l'avis de Nina, je le partage complètement. Est ce que le livre parfait qui mériterait 10/10 existe ?
Lisez le et comme moi (oui oui le solide, le costaud Vik l'a fait et n'en a pas honte) vous aurez une ou des larmes au coin des noeils.
Calendrier
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^