Texte à méditer :  Paresse : habitude prise de se reposer avant la fatigue.  Jules Renard
Recherche




Les rubriques

Fermer Lecture A-C

Fermer Lecture D-G

Fermer Lecture H-K

Fermer Lecture L-P

Fermer Lecture Q-T

Fermer Lecture U-Z

Fermer Lecture _en attente

Fermer Musique - Artistes à découvrir

Fermer Musique - Concerts

Lecture L-P - Lenner Anne - Cahin-Caha - Roman court - 2007


AUTEUR : Anne Lenner
TITRE : Cahin-caha
CATEGORIE : Roman
SORTIE : 2007



La vie brève d'un adolescent handicapé.

RÉSUMÉ DU LIVRE :
Lui, c’est la Tremblote : « pantin assis sur une gégène invisible », handicapé moteur majeur, les moelles en fuite et des gestes à la syntaxe absente. Autour de lui, outre maman, Chloé la sœur piercée à mort, Lulu l’ami et Elsa la toubib avec sa thèse manuscrite, un aréopage de corps en souffrance. A l’école, le freak subit assauts, coups bas, mais tient néanmoins, cramponné à sa souffrance comme à la planche pourrie d’un radeau. Survient le pire : tabassage en règle dans les gogues du lycée. Le freak, alors, se vote la mort. Et il cherche comment. Option pilule en ouverture de bal : échec. De retour à la case scolaire, son pote Lulu lui offre alors la rédemption par le camp d’été. Feu vert de la mère. Départ et désillusion : lieu morose et atmosphère plutôt rude : le poney-club a goût de crottin, la virée au centre commercial une allure d’arnaque. Seul le bain aura saveur et portera leçon, accompagné d’une petite fugue hors de la routine estivale. Puis, peu à peu, une sérénité vient, qui gagne, croît et aplanit et comble cette vie-ornière. La Tremblote se sentira pousser des jarrets de centaures et venir un corps d’ébloui. Histoire lente d’une reconquête que rythment les mots lourds du blues, ainsi va la Tremblote d'Anne Lenner, mort de corps, fort de mots.

LES CITATIONS :
La Tremblote (...), cet ado qui visiblement a lu Steinbeck, Proust, Chateaubriand, Molière et l'on en passe (...) se vote la mort, mais comment se pendre quand on vit en fauteuil? Alors, adieu tristesse : il n'y a pas une ligne qui ne soit aérienne dans cette désolante histoire.
Jean-Louis Ezine, Le Nouvel Observateur, janvier 2006.
L'auteur dégaine la routine de la bonne conscience pour lui préférer la rage, le blues, mais aussi l'humour.
Christine Ferniot, Télérama.
Emouvant, sans tomber dans le mélodrame, ce premier roman témoigne d'une grande sensibilité et d'un talent évident pour l'écriture.
Nathalie Vallez, Elle.
La nature humaine est projetée à travers les pupilles du héros. Emouvant mais jamais larmoyant, pas de justice mais un regard juste. Comme un train qui file, on se laisse porter par lécriture, une métaphore en cache toujours une autre, avec une précision ravissante. A la fin de lenvol, Anne Lenner nous touche. Merci à cette fine lame de lécriture. [Fnac - internaute]

L'AVIS DE NINA : 7/10
Un tit livre de poche à glisser partout. Un tit bout de vie glissée dans une poche. Une poche de vie qui glisse.
Le verbe est différent de mes lectures habituelles, tout comme le sujet. On se retrouve plongés dans le quotidien d'un ado doté d'une sensibilité visiblement bien cachée sous son caractère bien trempé. Face à sa condition et à la certitude de sa mort prochaine, rien de tel qu'une rupture avec le quotidien pour mettre en lumière ce qui ne se voit pas en lui. Cette rupture, fomentée par un éducateur clairvoyant, dans un camp d'été avec ses copains d'infortune, va radicalement changer sa vision de la "vraie" vie.
Un roman court qui se lit facilement, que l'on veut léger mais qui nous fait réfléchir une fois la dernière page tournée.


Date de création : 18/09/2009 @ 18:24
Dernière modification : 18/09/2009 @ 18:24
Catégorie : Lecture L-P
Page lue 1336 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^